Le nouvel idéalisme: comment le postmodernisme sert les fins du capital

Nouveauté disponible à la Maison Norman Bethune:

Lancé le 1er octobre dernier, Le nouvel idéalisme attaque de front la politique de l’identité et les idéologies petites-bourgeoises qui dominent l’actualité. Il offre une critique radicale, matérialiste, complète, exhaustive et sans compromis des idées dominantes de la petite-bourgeoisie.

Comme l’affirme le PCR, «les militants postmodernes veulent lutter contre le capitalisme parce qu’ils croient qu’il renforce l’oppression et qu’il est en train de mener au fascisme. La bourgeoisie est d’accord avec eux: elle luttera elle aussi contre le “capitalisme” si c’est ainsi qu’on le définit. Le capitalisme réel, celui fait de rapports de production, de rapports d’exploitation, les militants ne le combattent plus. Le postmodernisme l’a fait disparaître de leur tête. Au lieu de la lutte pour émanciper les travailleurs, on voit se développer des luttes contre les “systèmes d’oppression”, contre le “privilège” blanc et masculin, contre des fascistes imaginaires.»

En publiant ce livre, le Parti communiste révolutionnaire rétablit la place centrale du prolétariat et de la lutte de classes dans le processus révolutionnaire, qui vise d’abord et avant tout à mettre fin aux rapports d’exploitation.